Dream Horse

Elevage de Chevaux & Poneys de Sport
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 - Lunatic Dream Horse

Aller en bas 
AuteurMessage
Amanda Texier
Admin
avatar

Nombre de messages : 406
Age : 23
Localisation : Avec des chevaux ! Evidement !! ^^
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: - Lunatic Dream Horse   Sam 3 Jan - 0:02

Entrainements de Lunatic Dream Horse





Tout les entrainements au manège de Lunatic Dream Horse


Janvier :

[url=]- 04.01.09[/url]

_________________


Amanda Texier




Dernière édition par Amanda Texier le Lun 5 Jan - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamhorse.forums-actifs.com
Amanda Texier
Admin
avatar

Nombre de messages : 406
Age : 23
Localisation : Avec des chevaux ! Evidement !! ^^
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: - Lunatic Dream Horse   Lun 5 Jan - 0:01

    [url=]Amanda Texier[/url]


      Après une préparation plus ou moins approfondie de mon cheval, nous nous rendîmes à l'entrée du manège, dans lequel nous pénétrions après avoir vérifié que personne n'y travaillait. Je refermais la porte et fermais la totalité du manège, de sorte à ce que Lunatic ne saute pas durant son galop.
      Comme aucun filet de lumière ne traversait l'espace, je trouvais l'interrupteur et la vingtaine de néons s'alluma presque momentanément. Dans le calme, je collais mon front à celui de Lunatic. Je faisais cela pour lui remettre les pieds sur terre avant qu'il ne puisse se défouler. Je retirais le licol silencieusement et reculais de quelques mètres. L'étalon me fixa, attendant une réaction de ma part. D'un simple appel de langue, Lunatic secoua la tête et lança une belle ruade, qui déclencha sa petite crise de nerfs. Il partit dans un galop soutenu, faisant des sauts de mouton, pillant net, repartant de plus belle après un somptueux demi-tour ou shootant dans le pare-bottes. Malgré cet énervement, je ne m'inquiétais pas du tout quand à ma petite personne, certaine qu'elle serait incapable de me charger ou tout simplement de me faire du mal. Je restais au milieu, plantée, contemplant la beauté des gestes vifs de mon magnifique hannovrien.
      J'étais heureuse, heureuse de le voir si jeune, si beau, si contente à travers le manège. Son punch me redonnait le sourire, la joie de vivre.
      Mon coeur battait à tout rompre tellement je me sentais bien. Cependant, la fatigue et l'essoufflement commençant à paraître, je surveillais le fait que Lunatic ne s'exténue pas en faisant ses bêtises de vieux poulain. Raisonnablement, l'entier, se sentant un peu 'mort', s'arrêta de lui même. Je fis un petit test et m'asseyais au sol. Sa curiosité de bébé ne l'avait pas lâchée, il s'approcha de moi d'un pas un peu hésitant, puis vint affectueusement se frotter contre mon dos. Je lui offris une friandise parmi la petite dizaine qui trônait dans ma poche, puis me relevai doucement pour l'obliger à marcher. Je fis deux pas en avant et constatais avec amusement qu'il me suivait.

      Au lieu de me servir de la chambrière pour le mettre au pas pour une récupération meilleure, je décidais de marcher devant lui. Pour jouer, je lui fis passer des barres au sol, lui fis faire des cercles de plus en plus petits, ...

      Hélas, quand je lui demandais de contourner un plot, ce flemmard s'arrêta et me lançait un regard pétillant. Je l'appelais à plusieurs reprises mais rien ne changea.
      Pour le faire craquer, je repris une petite friandise et le positionnais bien dans son champ de vision. La gourmandise prit le dessus rapidement et Lunatic s'avança avec certitude vers moi. Il essaya de choper la friandise mais j'étais déjà à quelques mètres de lui. Il me regarda bizarrement et vint me rejoindre en pressant le pas. Je me mis à courir doucement et à refaire plusieurs fois le tour du plot, en utilisant un diamètre plus large pour qu'il ait la place d'y entrer au trot. Lunatic se prit au jeu et nous étions désormais à courir bêtement autour d'un plot, accélérant parfois, ou ralentissant d'autre part, tels les indiens qui font la danse de la pluie.

      Au bout de quatre ou cinq tours, je décidais de ne pas abuser de sa patience et m'arrêtais, en lui donnant généreusement la friandise tant attendue. En supplément, l'étalon reçut une caresse bien méritée. Voyant qu'il avait encore un trop plein d'énergie, je décidais de le faire sauter en liberté, chose que je n'avais jamais essayé. Je ne doutais pas du tout de son volontarisme pour l'exercice, car je connaissais par coeur ses petits pêchés mignons dont le saut faisait partie.
      Pendant que je le laissais gambader au pas, et se rouler quand il en avait envie, j'installais un petit vertical sur la piste, d'une hauteur de soixante centimètres environ. Quand j'appelais Lunatic pour qu'il vienne vers moi et pour qu'il commence l'exercice, il n'avait pas encore aperçu la barre. Je saisis une chambrière et lui demandais le trot sur la piste. L'entier s'y mit sans que j'eus besoin de remuer mon instrument, et se dirigeait droit vers l'obstacle. Cette fois, il n'accéléra pas comme un dingue !
      Puisque, surpris au dernier moment par le fait qu'il devait sauter seul, il fit un petit pied mais vola au dessus de la barre. Il s'arrêta juste derrière, piaffant pour y retourner. J'esquissais un sourire et m'avançais vers le vertical que je transformais en oxer de soixante-quinze centimètres.

      Sans que j'eus le temps de retrouver ma place au milieu du manège, mon hanno était déjà élancée au triple galop. Il passa à travers la barre comme un champion !
      Mais il allait hélas beaucoup trop vite. De plus, fougueux comme jamais, il continua sur la foulée et repassa une seconde fois la barre. Il était encore repartie pour une troisième, mais je pointais la chambrière devant son nez et, apeurée, deux petits bonds lui suffirent à s'arrêter. Je prononçais deux mots censés lui demander de patienter, ce qu'il comprit et il resta immobile, complètement dans son monde. Je surélevais l'oxer à quatre-vingt-dix centimètres, sûre qu'il le passerait sans aucune difficultés particulières.
      Un appel de langue suffit à déclencher son moteur, une nouvelle fois. Je glissais des "Doucement", "Oh la", "Ralentis mon beau", complètement inutile.

      Effrayée à l'idée qu'il ne se blesse dans une telle vitesse, je fermais les yeux. Quand je les rouvris, Lunatic en était à sa phase de réception, et retombait relativement loin de l'obstacle. Je haussais le ton pour l'arrêter, le sentant complètement capable de continuer son manège. J'eus soudain une idée pour la ralentir dans l'abord. Je positionnais trois petits obstacles d'environ cinquante centimètres à sauter telle une puce.
      Effectivement, entre ces verticaux, elle devra effectuer deux bonds qui la couperont dans son élan et la forceront à ralentir pour respecter le contrat de foulées pour aller rejoindre l'oxer d'une hauteur de un mètre cinq désormais.

      Lunatic se remit à piaffer et à s'ébrouer sans cesse, extrêmement nerveux. A la fin de mon installation, je pris le temps d'aller le voir, de l'immobiliser par des caresses et par l'offrande d'une moitié de friandise. Quand l'étalon se tenait fixement, détournée à l'idée d'aller sauter, je me mis à courir devant lui. Je voulais qu'il me suive pour aborder le premier petit obstacle au trot. Au dernier moment, je me décalais, et sa tête lorsqu'il se trouva face à la lignée des trois obstacles me fit presque rire. Il jeta un regard étonné mais sauta en légèreté au dessus de ses ridicules verticaux face à son talent.

      Deux petits bonds aériens et elle se retrouvait face à l'imposant oxer. A la réception du troisième, elle retomba bien entendu au galop, et pendant les trois foulées qui la séparaient du dernier obstacle, il n'eut pas le temps d'accélérer à mon plus grand soulagement.
      D'une souplesse extravagante, il s'éleva d'un beau déroulé au dessus des barres, qui grâce à son enroulement parfait de l'obstacle, paraissaient avoir rétrécies de trente centimètres au moins.

      Satisfaite de ce dernier passage, je décidais de le laisser là-dessus, sachant qu'il s'était suffisamment défoulée et que cette barre à un mètre cinq était déjà haute pour une première séance en liberté. Je pensais bien le retravailler à cela plus tard dans la semaine, puisque je ne pouvais pas le monter pour le moment. Je le laissa à nouveau marcher où bon lui semble à tort et à travers le manège pendant que je rangeais les différents obstacles que j'avais utilisé, puis lui repassais un licol, le refis marcher une bonne dizaine de minutes l'encolure détendue. Pile au moment où nous sortions du manège, une personne arrivait au manège. Quelle chance avions-nous, en ce délicieux quatrième jour de l'année !

_________________


Amanda Texier


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamhorse.forums-actifs.com
 
- Lunatic Dream Horse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Horse :: || Partie Est || :: - Manège --
Sauter vers: